EDITO N°84: Travailler moins pour durer plus!
>>> dimanche 5 octobre 2010
>>> Par Taiji...
    On hésitait, est ce qu'on attendait un an jour pour jour pour changer cet édito poussiéreux. Le premier de ma part, je l'aimais bien mais bon, on n'est pas des nostalgiques, même si tout était mieux avant, sauf le passé.
Alors le voila rangé, aux cotés de ses prédécesseurs, qui ont eut eux aussi leur gloire, et qui maintenant siègent tel des ouvrages historiques. Ils sont les traces de l'existence du site, des sauts d'humeurs, des coups de gueule, des délires. Tantôt plein d'espoir, tantôt trop sombres, mélancoliques, ou bourrés d'humour. Un édito reflète un état d'esprit à un moment donné. Pourquoi n'arrivons nous pas à fournir des éditos régulièrement, nous n'aurions rien à dire ? Il suffit de jeter un oeil sur le livre d'or pour prouver que nous savons bavarder. Le manque de temps, de chroniques produites, voila surement des réponses plus proches de la vérité.
Rapanization est ainsi, un site fait pour le freestyle. C'est certainement cette envie de faire comme nous le souhaitons qui fait que l'odyssée suit son cours. C'est vrai que nous nous sommes posés la question, comment être plus productif, plus efficace, pour « rivaliser » avec les plus gros webzines. Et puis merde, la concurrence, on n'est pas dedans, on ne joue pas sur le même terrain. Sans chercher à être mieux ou moins bien, nous ne sommes pas dans le game. On fait selon l'humeur, selon nos vies, nos projets personnels, ça nous plait, et c'est l'essentiel. Egoïste ? Peut-être, mais le peu de place que l'on accorde va tout droit à ceux qui n'en ont pas des masses justement. Pendant que certains se battent pour savoir si leur site ou leur journal est le plus street, si les rappeurs interviewés leurs donnent une crédibilité dans le Hip-Hop, au milieu des soirées de rap dur pourtant sponsorisées par Sky (cherchez l'erreur), nous on avance comme ça. On se pose là où nous sommes bien, et on repart selon ce qui sort. La rue, on s'en branle, être branchés, idem, pas de code vestimentaire, pas de langages poussés pour faire bien, on sait qu'il n'y a pas que le rap dans la musique, et puis voila. L'underground, qu'on le veuille ou non, on est dedans. Mais pareil, ce n'est pas une volonté, il y a dans ce milieu beaucoup trop de mauvais MC's qui se cherchent des qualités en se qualifiant « underground ». Et puis pour la dédicace car j'apprécie le mec, et pour se la ramener, l'école underground, je connais un peu, l'école de Nobel, de « Down with this », de « Rapports 2 Force », les fanzines en noir et blanc où des mecs comme Fabe, Sléo, Koma, Busta et j'en passe répondaient aux questions sans se prendre la tête si ça allait être bon pour leur commerce. Je crois, pour ma part, que je suis resté bloqué sur cet esprit là. Alors les jaloux, il n'y en a pas, impeccable, mais les donneurs de leçons, les vantards, on vous aime car on sait grâce à vous que nous sommes toujours dans le vrai.
Trop old school pour la nouvelle génération, trop lucide sur le rap pour n'aimer que lui et lui trouver des excuses en permanence. On ne cherche pas à rassembler une génération de benêts, on n'incite pas les quelques curieux passant sur le site à envoyer des mots écrit en langage SMS à des numéros surtaxés pour avoir des nouvelles sonneries. Pas de bannières aguichantes pour voir ce que portent les nanas en dessous de leur robe, ni de streetwear, tout juste quelques modestes tee-shirts qui montrent que malgré tout, on se développe un peu. Les majors ne discutent pas avec nous, pas assez rentable, et puis vu qu'on ne favorise que ceux qu'on aime, on ne critique même pas leurs disques de merde. Il y a assez de tailleuses de pipes pour les lustrer, et puis le copinage, ce n'est pas vraiment notre truc. Ici vous ne gagnerez pas de thunes, vous n'en perdrez pas non plus, au pire vous perdrez du temps. Le temps c'est de l'argent pour les gros médias, nous, on n'a rien donc on a tout le temps. Et on le prend, le rythme des nouvelles chroniques, des éditos, des mises à jour, on en a parlé des centaines de fois, on le fera toujours, mais je pense, et j'espère qu'on aura toujours le même résultat. Quand je vois le paquet de sites qui ferme faute de temps à consacrer, je me demande pourquoi se référer aux gros sites qui ont, eux, le temps ?
Voila un nouvel édito, qui restera peut-être trois mois, six mois, un an, ou plus, désespérant pour certains, l'économie est le secret de la longévité, pour le moment ça marche. On est libre, un peu trop peut-être, on verra, pour l'instant le site est toujours ouvert, on ne calcule toujours pas ce qui se fait à coté, et on parle d'artistes qu'on apprécie. VII, Iris & Arm, Fayçal et je vous laisse découvrir le reste.
A bientôt, pour un nouvel édito.
Inscription à la newsletter :

Tenez-vous au courant des dernières news et mise à jour du site...





Dernière news :


Les autres raps français
Dimanche 23 Décembre 2012
Le début des années 2000 vit, sur le modèle américain, l'émergence en France d'une scène rap dite "alternative". Un mot valise pour englober...
[...] Lire la suite
 
Dimanche 23 Décembre 2012
Rapa fait sa rentrée: On n'est pas morts!Voici les chro du VII nouveau et le dernier Fayçal! Checkez aussi les derniers rapapodcasts concoctés par l'ami Phonky.
© 2017, rapanization.com - contacts - Flux rss